Le réseau de liaison industrielle et de commercialisation pour le Canada atlantique

Modèles de réussite

Le pilier de l’exploration géochimique de la Terre-Neuve

Dr. Gary Thompson est un professeur de chimie et des sciences de la Terre au Burin Campus du collège College of the North Atlantic depuis 2003 et apporte dans la salle de classe 18 ans d’expérience au niveau international dans le domaine des sciences de la Terre (géosciences). Dr. Thompson est un géoscientifique professionnel accrédité et ses travaux de recherche présentent un intérêt particulièrement pour l’exploration des ressources naturelles, l’élaboration de stratégies de découverte et d’extraction pour les exploitants. 

Dans sa recherche, Dr. Thompson se concentre sur les techniques géochimiques utilisées dans la recherche pour l’exploration minière. En 2009, Dr. Thompson a reçu la subvention « Industrial Research and Innovation Fund » (Fonds pour la recherche industrielle et l’innovation) qui s’élevait à 97 000$ pour explorer les méthodes de découverte et d’extraction de minerai sous le substrat rocheux. La plupart, peut-être même la totalité du minerai exposé a déjà été découvert en Terre-Neuve et au Labrador. Tout gisement rentable encore sur place se trouve caché sous la surface du substrat rocheux, ce qui rend les méthodes d’exploration géophysique et géochimique de plus en plus importantes.   

La recherche la plus récente de Dr. Thompson s’est concentrée sur la chimie minérale des oligo-éléments et les méthodes d’application pour trouver des gisements d’uranium enfouis et des gisements de sulfure de nickel orthomagmatique. Durant l’été de l’année 2009, à l’aide du soutien de Aurora Energy Inc. et de Memorial University, une étude a été initiée pour examiner les techniques d’exploration biogéochimiques dans la région de la ceinture minérale centrale du Labrador.  

En plus de sa recherche en exploration géochimique, Dr. Thompson travaille avec Dr. Barry Hicks, chercheur sur le Carbonear Campus du collège, pour examiner le rôle des métaux lourds comme cause possible contribuant à l’autisme. Une étude pilote qui examine la variation des métaux lourds dans les dents d’enfants autistes et d’enfants au développement normal est en cours afin d’identifier toute corrélation possible entre la présence de métaux lourds et l’autisme.