Le réseau de liaison industrielle et de commercialisation pour le Canada atlantique

Nouvelles

< Back to News

Le Canada perd ses brevets en nanotechnologies

Le Canada a un dossier de recherche forte en matière de nanotechnologie, mais une partie importante de la propriété intellectuelle dans ce domaine - et potentiellement les avantages économiques - est de quitter le pays, selon une étude réalisée par des chercheurs de Montréal, Catherine Beaudry deux et Andrea Schiffauerova.
L'étude, publiée en 2011 dans le Journal of Technology Transfer, a constaté que près de la moitié des brevets en nanotechnologie inventés par des chercheurs canadiens sont détenus par des entreprises étrangères, principalement américaines. La société américaine Xerox détient à elle seule près d'un tiers de tous les brevets en nanotechnologie au Canada inventé (le Xerox Research Centre du Canada, situé à Toronto, a reçu plus de 1400 brevets américains à partir de 2009, chacun d'eux attribué à sa société mère).

Devrions-nous être concernés? D'une part, un locataire majeur peut aider à attirer d'autres R & D entreprises à forte intensité et de renforcer la collaboration, les auteurs notent. Cependant, une forte collaboration avec les universités locales ne semble pas s'être matérialisé dans ce cas - un seul brevet Xerox est co-attribué à une université canadienne, l'Université de Toronto.
Un autre souci avec les droits de PI, c'est que d'un seul nano-échelle de l'innovation peut souvent avoir de larges applications dans de nombreux secteurs. Par conséquent, il est la propriété de la propriété intellectuelle qui «décident qui va capturer le marché des nanotechnologies, et qui aura accès à la nano-technologies à l'échelle et à quel prix."

Mais, les choses s'améliorent, note le Dr Beaudry, auteur principal et professeur au département de mathématiques et génie industriel à l'École Polytechnique. "Au début des années 1990, la proportion de brevets en nanotechnologies détenues par des Canadiens était à peine 25 pour cent. Nous avons soulevé que, grâce à des investissements massifs dans les infrastructures par le gouvernement et les universités dans ce secteur. Mais il ya encore place à amélioration - nous devrions viser à posséder les deux tiers de ces brevets ".